Documents
de référence
Recherche dans les archives
   
  • Dr. Oumar Mariko est le nouveau président du parti Sadi
  • Rassembler sur les bases d’une démocratie participative

Adoption du statut de l’Opposition au Mali : Polémique autour du concept du porte-parole et des avantages liés !

Depuis quelques jours la polémique ne cesse de s’enfler au sujet du mot de porte-parole de l’opposition contenu dans l’un des articles du statut de l’Opposition adopté par l’Assemblée nationale le 4 mars 2015. Si tous les leaders politiques reconnaissent que cette adoption est une avancée considérable pour la démocratie malienne, force est de reconnaitre que le concept du porte-parole et des avantages liés sont jugés suicidaires pour la démocratie malienne par certains partis politiques.


N’ayant plus de moyens de contrer l’avancée de Dr. Oumar Mariko dans la conscience populaire, Konaté le diffame

Pour raccourcir mon texte, je vous épargne du contexte dans lequel M. Konaté a rejoint les rangs du parti Sadi. Les villes de Koutiala et Niono se tiraillaient pour l’ouverture de la campagne présidentielle, arguant chacune de pouvoir mieux mobiliser que l’autre. Plaidant pour Niono, j’ai été mis en minorité au sein de l’équipe de campagne dirigée par Mohamed Ag Akératane ; moi, chef de protocole du candidat !


Lois portant statut de l’opposition, programmation militaire, prochaines élections communales et régionales : Les récriminations de l’honorable Oumar Mariko du parti SADI

Tropicalisation de la démocratie malienne à travers la création d’un poste de chef de file de l’opposition politique, volonté d’étouffer l’expression plurielle d’une opposition en lui imposant un porte-parole qui ne représente pas tous les courants de contre-pouvoir, possibilité de voir le chef de l’opposition manipuler par le pouvoir, examen du texte de loi relatif à la programmation militaire sans l’annexe.


Avec Boko Haram, le scénario de mise sous tutelle du Mali est en marche au Nigéria

Le Nigéria, comme le Mali l’est pour la France, un enjeu stratégique pour les grandes puissances occidentales, comme étant la première puissance économique de l’Afrique et le pivot de la réussite d’une intégration ouest africaine, pour en faire le moteur de l’unité africaine afin que le continent compte dans la gestion des affaires du monde.
Le Nord du Mali est devenu vital pour les gouvernants de la France pour sécuriser l’approvisionnement de leur pays en énergie bon marché, dont l’uranium du Niger qui fournit déjà 40% de l’électricité de France.


Le Parti SADI rend hommage aux cinq antiterroristes cubains

 Rassembler sur les bases d’une démocratie participative Sadi rend hommage aux cinq antiterroristes cubains

Ce samedi 31 janvier, de façon symbolique, les dirigeants et militants du Parti SADI se sont retrouvés au Centre International de Conférence de Bamako pour exprimer leur solidarité et leur soutien au peuple et au Gouvernement cubains qui, à l’issue d’une bataille longue et épique, ont obtenu la libération de cinq de ses fils illustres injustement détenus dans les prisons nord-américaines.


“Nous ne voulons pas être un parti de consensus”

Entretien avec Nouhoum Keita, Secrétaire Administratif du Parti Sadi, à propos du 4ème Congrès ordinaire du parti Sadi.

“Lors du quatrième congrès ordinaire, nous avons voulu dans le contexte politique national actuel essayé d’implulser une nouvelle dynamique à la marche du Parti. Nous avons renforcé l’organe d’exécussion, c’est à dire le bureau politique qui passe de 9 à 19 membres[...]”

Play


Le Parti SADI se réjouit de la victoire historique du Parti Syriza en Grèce

En ce début d’année 2015, où le monde est en proie au chaos, où les problèmes se multiplient et les solutions se raréfient, la victoire du Parti Syriza fait souffler un grand vent d’optimisme.


Déclaration du Parti SADI suite à la tuerie des manifestants civils par la MINUSMA À Gao

Les populations de Gao, sous l’impulsion de groupes de jeunes et des membres de la société civile manifestent depuis hier lundi 26 janvier 2015 leur indignation face au document publié par la MINUSMA qui évoque un projet de partition de fait du pays sous le vocable « de zone tampon de sécurité ».