Documents
de référence
Recherche dans les archives
   

Assurance maladie obligatoire, Ecole : Le feu couve sous la paille

Il n’est un secret pour personne que le gouvernement de la République du Mali s’est rendu coupable d’une véritable escroquerie des travailleurs du Mali en faisant parachuter sur leurs têtes cette ignoble Assurance maladie obligatoire (AMO) et cela sans le moindre sens de la décence.

Si le gouvernement avait la moindre considération pour la dignité de l’homme malien, il se serait passé de couper une partie du salaire des travailleurs de notre pays car pour tout homme de raison le salaire du travailleur est sacré.

Si le gouvernement du Mali avait le moindre égard pour les Maliens, il aurait dû demander leur avis avant de faire des retenues sur leurs dus, sur leur salaire.

Hélas ! Sans chercher le consentement des salariés, le gouvernement d’ATT s’est arrogé le droit de retenir sur les salaires des travailleurs de la fonction publique. C’est bien cela la démocratie d’ATT !
Pour faire les retenues sur les salaires des fonctionnaires, le gouvernement s’est passé des délais et des dossiers. Mais quand il s’est agi de remettre les dus des gens, le gouvernement d’ATT a trouvé légal de demander à ses victimes des dossiers de non adhésion à l’AMO. C’est là une façon de violer la dignité du travailleur et cela sans vergogne.
Pour tout dire, l’Assurance maladie obligatoire est une insulte à l’homme et à la dignité d l’homme malien.
Déjà, les centres hospitaliers du Mali qu’on a érigés en EPA aux dépens de notre peuple laborieux sont des mouroirs pour tous ceux qui ne sont pas nantis. C’est au regard de cette gestion calamiteuse de ces centres de santé que le gouvernement de la République du Mali veut faire croire qu’il songe à la bonne santé des Maliens. Il doit se rendre à l’évidence que les Maliens ne sont pas dupes et que pousse- pousse s’arrête nécessairement au mur.

Lorsque l’avocate du gouvernement de la République du Mali a trouvé le moyen de dire que l’aspect «obligatoire» ne concerne que l’Etat malien et que les travailleurs n’en sont pas obligés, elle a tenté de noyer le poisson tout en prenant les spectateurs pour des imbéciles. La preuve irréfutable est que le gouvernement a voulu imposer l’AMO aux travailleurs maliens, c’est la ridicule date butoir qu’il a fixée au 30 juillet pour le dépôt des fiches de non adhésion.

Passé ce délai, le gouvernement conclurait que tous ceux qui n’auront pas déposé leur fiche de non adhésion seront considérés comme consentants. Pourtant, en voulant faire des retenues sur les salaires, le même gouvernement n’a pas daigné demander des dossiers à forte raison fixer une date butoir. C’est là une insulte grossière à l’adresse de l’honneur des Maliens.

Pire que tous ces comportements irresponsables, le gouvernement trouve le moyen d’obliger les travailleurs du district de Bamako à passer des journées entières, arrêtés dans des rangs interminables au lycée Askia tous les jeudis et vendredis à partir de 9 h. On comprend ici que certains sont encore payés pour remettre aux travailleurs leurs dus escroqués.

Quel pillage des deniers publics ! Notre peuple demandera un jour des comptes pour de tels actes peu justifiables dans un pays dit démocratique.

Ceux qui se sont battus contre le régime Moussa Traoré et donc contre la dilapidation des fonds des contribuables maliens doivent se démarquer de cette violation flagrante du droit des Maliens à disposer de leurs salaires et de tous leurs salaires.

L’on rappelle simplement au gouvernement malien que bien de Maliens ont donné leur sang pour l’avènement d’un Mali de justice et de respect de la personne humaine. Aussi, pour marquer leur désapprobation de l’insolite AMO, les syndicats regroupés au sein de la COSES ont entamé mercredi le 9 novembre courant une grève qui durerait autant de temps que le gouvernement mettrait à rembourser les dus qu’il leur a extirpés injustement.

Aussi, il faut dire que la cessation de cette grève est liée à la réception de tous les dossiers du non adhésion qui parviendront aux syndicats et cela à tout moment. Certains Maliens sont appelés à se faire des fortunes sur le sang des travailleurs de notre peuple. Un jour, ils les remettront à ce peuple qui ne mérite pas de telles violations de ses droits légitimes.

Après tout constat, il apparaît clairement que le feu se fait sentir sous le tas de paille au Mali.
Une autre preuve que le feu couve sous la paille du Mali, c’est le couplage forcé du 1er tour de la présidentielle et du fameux référendum dont les Maliens peuvent se passer à présent. Cela est d’autant exact que ce ne sont pas les bonnes lois qui ne servent nos intérêts mais leur application responsable. Les textes ont toujours été bons au Mali même sous Moussa Traoré. Mais les masses laborieuses du Mali dont on se réclame tant sont laissées pour compte.

Le Mali est aujourd’hui comparable à cet empire du diable de la grande forêt où seule règne la loi de “chacun pour soi et le diable pour tous“. Le gouvernement de la République du Mali, ayant horreur de la bonne marche de l’école malienne, se plait à laisser les revendications du monde enseignant trainer dans la durée. C’est bien pour cela que le forum de tous les gâchis sur l’éducation a eu lieu, forum dont les célèbres conclusions restent dans les secrets des dieux et des diables.
Une fois encore, le gouvernement d’ATT doit faire sienne cette célèbre conviction d’Abraham Lincoln selon laquelle «on peut tromper une partie du peuple tout le temps, tout le peuple une partie du temps, mais pas tout le peuple tout le temps».

Comme le diraient les Grecs «qui habet aures audiendi, audiat» c’est-à-dire que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent bien le cri de cœur des travailleurs du Mali.

On ne peut pas indéfiniment brigander les gens ! Apparaît ainsi à l’horizon-Mali, et cela par la faute de l’Etat Malien, des moments difficiles dont notre peuple n’a que faire !

Peut-être, c’est pour que le gouvernement reste aux commandes pendant une période transitoire. Ce que l’on ne doit pas perdre de vue à ce niveau c’est que l’histoire du Mali enseigne qu’il faut se rendre à l’évidence que les Maliens encaissent beaucoup mais ne sont pas lâches.

Inter De Bamako – Fodé KEITA

Une réponse à to “Assurance maladie obligatoire, Ecole : Le feu couve sous la paille”

  • Pour commencer merci pour votre note, tout autant lucides et posées. Cela dit, 2 ou 3 détails auraient mérité plus de développement, notamment dans la conclusion. C’est juste une manière de dire que je suis pressé de lire le prochain billet

Laisser un commentaire