Documents
de référence
Recherche dans les archives
   

Marche de soutien au CNRDRE et aux Forces Armées et de Sécurité.

 « Nous voulons des hommes neufs, des hommes d’honneur, intègres et patriotes pour marquer la rupture avec le système de gestion clientéliste et népotiste d’ATT ».

A l’appel de la COPAM (Coordination des Organisations Patriotiques du Mali) et de la CSM (Convergence pour Sauver le Mali), plus de 20.000 manifestants ont pris le départ ce mercredi matin Place de la Liberté pour converger vers le Monument de l’Indépendance. Objectif de la marche : soutenir le Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’Etat ainsi que les Forces Armées et de Sécurité 

En tête de cortège, les principaux dirigeants des deux organisations. Amadoun Amion Gindo,  les Pr Rokia Sanogo, Yoro Diakité, le  Dr Oumar Mariko, Cheick Oumar Sissoko, Dr Adama Traoré, Mohamed Namory Keita, Perignama Sylla pour la COPAM, le Pr Younouss Hamey Dicko, Housseyni Amion Gindo, côté CSM.

La marche qui a pris les allures d’une longue et joyeuse procession était ponctuée de slogans hostiles à  tout retour de l’ordre ancien et à toute tentative de récupération de la marche historique des maliens qui  exigent le changement. Les manifestants veulent sans doute faire une mise en garde contre les anciens alliés du Président déchu Amadou Toumani Touré qu’ils accusent d’être autant comptables et complices de la gestion catastrophique de notre pays marquée par une corruption endémique qui a gangréné tous les rouages de l’appareil administratif et politique, la gabegie, les détournements des deniers publics et la trahison historique dans la gestion de la crise du Nord Mali qui s’est traduit pas le délitement de l’Etat, la déstructuration de l’armée  nationale,  la collusion avérée entre certains hauts gradés de la chaîne de commandement avec des éléments de la rébellion sur les théâtres d’opération qui ont permis à ces derniers de disposer de nombreux secrets militaires et de précieux renseignements et de devenir maitres  sur le terrain. A ce sujet, les manifestants exigent que l’ancien Président réponde devant la justice pour « crime de haute trahison ».

Cette marche se  déroule également dans un contexte politique et institutionnel mouvementé avec la démission de l’ancien Président Amadou Toumani Touré  notifiée officiellement par écrit il y’a 48 heures à l’émissaire Burkinabé Djibril Bassolé, puis entérinée par la Cour Constitutionnelle du Mali qui a  établi la « vacance du pouvoir » et s’apprête à investir ce jeudi le Pr Dioncounda Traoré, Président de l’Assemblée Nationale pour assurer l’intérim pour une durée de 21 à 40 jours conformément à l’article 36 de la constitution.

A l’ultime étape de la marche sur le Boulevard de l’Indépendance, Amadou Amion Gindo au nom du regroupement des syndicats, des associations, des mouvements, des partis politiques, des organes de presse, lu la déclaration commune qui  fait état de « la situation sécuritaire, sociale, économique et politique du Pays créée et entretenue par les anciennes autorités avec la complicité de certains partis politiques qui a conduit aux évènements du 22 mars, des crimes perpétrés au Nord du Pays, de la crise alimentaire qui sévit ».

Et « considérant que le redressement de la démocratie est une nécessité absolue pour notre pays, que la déclaration de l’indépendance de l’AZAWAD par le MNLA est nulle et non avenue, considérant l’état actuel des forces armées et de sécurité, la signature de l’Accord Cadre de Mise signé entre la CEDEAO et le CNRDRE et vu la nécessité de faire l’union sacrée », les organisateurs de la marche «  réaffirment solennellement leur attachement ferme à la préservation de l’intégrité territoriale, à la cohésion sociale, à l’unité nationale, à la laïcité de l’Etat qui ne sont pas négociables », en outre, ils expriment «  leur ferme attachement « au rétablissement de la paix et de la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national, apportent leur soutien indéfectible au CNRDRE et aux forces armées et de sécurité dans l’accomplissement de leur mission ». Pour ce faire, « ils demandent le renforcement des capacités des forces armées et de sécurité en fonction des défis à relever ».

Les manifestants n’ont pas également manqué de condamner les viols, les exactions et les pillages perpétrés contre les populations civiles au Nord du Mali. De même, ils ont pris acte de l’Accord Cadre CEDEAO et CNRDRE et comptent accompagner cet accord au plan politique. Cependant, ils « exigent le respect de la fin du mandat constitutionnel des députés, le respect de l’ordre constitutionnel selon lequel le Président de l’Assemblée Nationale assure l’intérim du Président de la  République pendant une période allant de 21 à 40 jours uniquement pour organiser l’élection d’un nouveau président de la République ».

Dans la gestion de la nouvelle transition, la COPAM et la CSM recommandent de choisir des hommes et des femmes à hauteur de crédibilité, de compétence, d’engagement patriotique et d’intégrité. Ils exigent que les anciens responsables politiques et administratifs répondent de leurs actes dans la gestion des affaires publiques et maintiennent leur exigence de la tenue d’une Convention Nationale pour la Transition sous l’égide du CNRDRE pour définir la feuille de route de la Transition et la mise en place de ses organes de gestion avec les forces vives de la nation.

Après l’intervention d’Amadoun Amion Gindo, le Porte parole de la COPAM (Coordination des Organisation Patriotique du Mali) Mohamed Tabouré et le Dr Oumar Mariko sont intervenus pour apporter des éclairages sur le contenu de l’Accord Cadre. Pour le Dr Oumar Mariko, « le régime de Amadou Toumani Touré appartient désormais au passé ». Il dira par ailleurs, « qu’il n’existe plus de majorité » dans le contexte actuel, dénonçant au passage l’ostracisme permanent de l’ORTM (la presse publique) qui empêche les citoyens d’avoir une saine information et de mettre  face à face les acteurs politiques et leurs contradicteurs pour mieux informer les maliens et l’opinion publique internationale sur les enjeux et les défis de la Transition au Mali mais aussi sur la gestion politique économique et social du régime défunt et de ses alliés .

Il faut signaler que les manifestants ont bénéficié d’une oreille attentive : celle du Colonel Youssouf Traoré du CNRDRE présent à la marche et chargé de transmettre le message aux nouvelles autorités.

                                                                                   Nouhoum Keita

2 réponses à to “Marche de soutien au CNRDRE et aux Forces Armées et de Sécurité.”

Laisser un commentaire